2 déc. 2015

du souvenir qui va s'effaçant

Les appareils numériques sont programmés pour surexposer. A peine levé, le jour doit être clair sans obscurité. Aussi, il convient de baisser de deux diaphes par rapport aux mesures normales de l'appareil photo, comme on plisserait les yeux pour supporter une trop grande clarté. Puis, quand la photo est prise, il faut encore l'assombrir avec un logiciel de retouche d'image pour la rapprocher du souvenir qui va s'effaçant du glissement subtil de la nuit vers le jour. Ce sont pourtant les seules lumières photogéniques s'agissant de photographie numérique, lever du jour et tomber de la nuit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire