9 mai 2011

Fiction moderne

mon téléphone prend des photos, à chaque prise, il imite le bruit d'un déclencheur de boîtier 24x36 reflex, dont je rappelle qu'il est provoqué par le soulèvement des miroirs de visée pour laisser le passage à la lumière jusqu'à la pellicule qu'elle doit imprimer... ici, seulement le bruit numérique, simulant une mécanique... je dois admettre que le résultat est assez beau et rappelle l'impression de peinture fraîche des polaroids... l'absence de netteté, l'approximation des couleurs, pas de contraste (il a fallu un coup de photoshop pour durcir l'ensemble), la basse définition... cela redonne un peu de chair à ce qui reste malgré tout une image numérique... je pourrais aussi parler du modèle endormi, relevant son col et se couvrant de ses bras comme si le soleil lui donnait froid... je reste au seuil de l'histoire, le conditionnel de la phrase réceptacle de toutes les fictions possibles... l'essentiel résidant aussi dans le fait que, sauf (peut-être) les gens qui la connaissent, on ne peut pas vraiment la reconnaître... il en est ainsi des personnages de roman inspirés de personnes réelles : de pures inventions.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire