27 oct. 2010

Le Creusot



et selon quel hasard ou facétie du destin - nul déterminisme assurément - je me suis envolé de mon Laos natal pour atterrir au Creusot, 146 b rue Maréchal Foch ? Les voisins du dessus, nous étions au troisième, ils étaient donc au quatrième, s'appelaient Skubla, ils étaient déjà vieux... et moi, pas encore assez pour me poser des questions... je découvrais les biscottes et la manière de les tartiner, je découvrais les couteaux comme couverts de table (d'où je venais, tout était coupé par ma mère au moment de la confection des plats ; "à table" ne voulait rien dire, nous mangions sur une natte, assis en tailleur, seul mon père utilisant des baguettes : c'était un exilé du nord, à portée de flèche de Chine et Vietnam, pas un vrai Lao... les cuillères et les doigts étaient nos outils pour les repas... toute la douceur du Laos est là...)

Le Creusot ne ressemblait à rien de ce que j'avais connu et qui pût s'appeler une ville... le petit HLM où Florence et Georges m'avaient accueilli avait valeur de gratte-ciel... à Florence qui me demanda quelques mois plus tard (quand je fus en mesure de comprendre une telle question) s'il y avait des montagnes au Laos, je répondis que oui... comme elle voulut savoir si ces montagnes étaient grandes, je lui assurai, avec beaucoup de conviction, qu'effectivement elles étaient grandes... mais grandes comment ? insista-t-elle... "Comme l'immeuble d'en face" fut ma réponse... je ne faisais pas encore de jeux de mots...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire